Sensibilisation du public et liaison avec les collectivités

Au cours des dernières années, la Commission a augmenté de façon soutenue ses engagements concernant la sensibilisation du public et des intervenants dans l'ensemble du pays.

Grâce à nos engagements avec les intervenants, nous avons reçu de l'ensemble du pays des commentaires qui confirment que si une personne sait qu'elle peut accéder à un processus de traitement des plaintes impartial et indépendant, son degré de confiance augmente sur la manière dont sa plainte sera traitée.

L'engagement avec les associations municipales, les commissions de police, les organismes de surveillance provinciaux et territoriaux, les groupes autochtones ainsi que les fournisseurs de services de première ligne, par exemple les travailleurs sociaux auprès des tribunaux, les bureaux d'éducation et d'information juridiques, les organismes de règlement et les groupes d'intérêt spéciaux, est essentiel pour conscientiser les personnes à leur droit de déposer une plainte à l'égard de la conduite d'un membre de la GRC.

La Commission a notamment pour but d'informer les fournisseurs de services communautaires, qui sont pour la plupart les points de contact pour les personnes qui cherchent à obtenir de l'aide ou qui veulent s'informer sur le processus de traitement des plaintes contre la police. Si vous pensez que vous ou votre organisme pourraient bénéficier d'une présentation concernant la Commission, communiquez avec nous.

Consciente de la nécessité de fournir une surveillance civile de la police dans les provinces et les territoires contractants, la Commission a initié et organise une rencontre annuelle des organismes de surveillance de la police pour discuter des pratiques exemplaires et les partager, cerner les enjeux émergents et améliorer les relations de travail. Pour obtenir la liste complète des organismes de traitement des plaintes et d'examen, consultez notre page sur les Commissions de police provinciales.

Brochure

Le saviez-vous?

Selon un sondage entrepris par EKOS en mai 2010, bien qu'il y ait eu une prise de conscience importante à l'égard des organes d'examen des services de la police, seulement 3 p. 100 des répondants pouvaient nommer la Commission. Cependant, le sondage a révélé que 70 p. 100 des répondants avaient une confiance de modérée à élevée à l'égard des entités responsables de surveiller les activités des organismes de maintien de l'ordre et de la sécurité. En outre, les résultats du sondage indiquent que 65 % des gens sont à l'aise de déposer des plaintes devant la Commission.

Date de modification :